mercredi 15 mars 2017

Protection de la faune/ Le braconnage prend de l’ampleur

Plus de 96 affaires de braconnage d'espèces protégées,  impliquant plus de 136 individus» ont été enregistrées durant l'année 2016. Un chiffre, qui même s'il semble en deçà de la réalité, est en hausse par rapport aux années précédentes.

Le capitaine Laribi Medjahed, du service de la prévention et de l'ordre public de la gendarmerie nationale, qui s'exprimait en marge d'un atelier de sensibilisation sur «l'échange des informations  liées au braconnage et commerce illégale d'espèces sauvages», n'a pas indiqué si cette hausse est liée à une prise de conscience de la part des autorités ou si c'est le trafic des espèces protégées qui a pris de l'ampleur.

Le même responsable a indiqué que «douze individus de diverses nationalités ont été appréhendés entre, 2012 et 2016, pour atteinte à des espèces animalières protégées par le  droit algérien et international dans des réserves naturelles classées par  l'Etat et dans d'autres lieux». Parmi ces étrangers, il y a deux Emiratis, deux Saoudiens et deux Koweïtiens, «arrêtés  et rapatriés vers leur pays d'origine après avoir été présentés  à la justice et condamnés à des amendes».

Rappelons que c'est en 2015 que les services de sécurité avaient annoncé, pour la première fois, l'arrestation d'étrangers, un Emirati et un Saoudien en l'occurrence, pour chasse illégale à l'outarde, une espèce protégée depuis 2006. De nombreux émirs du Golfe se déplacent en Algérie pour chasser cet oiseau. Depuis plus d'une dizaine d'années, plusieurs militants et associations dénoncent l'impunité dont jouissent ces émirs. Les régions les plus touchées sont El-Bayadh, Béchar, Tindouf et Adrar.

Par ailleurs, la présidence de la République a adressé, en janvier dernier, une missive au ministère des Affaires étrangères lui signifiant que seul le palais d'El Mouradia a la prérogative d'autoriser la chasse à l'outarde pour les «invités» de l'Algérie, à savoir les émirs du Golfe. Et de toute évidence, les personnes «autorisées» ne peuvent être inquiétées arrêtées par les services de sécurité, même s'il s'agit de chasser unes espèce protégée.

Elyas Nour   

Cet article Protection de la faune/ Le braconnage prend de l'ampleur est apparu en premier sur Algérie Focus.



Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source





Source : Algérie Focus
Date : March 15, 2017 at 01:33PM

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire